Mot du jour

  Le mot du jour franco-autrichien

CLIMACO-
PHOBIE


 


Escalier en colimaçon Un cauchemar pour les climacophobes...


Doppelwendeltreppe

On savait déjà que Donald Trump était climato-sceptique. Au cours de la récente visite de Theresa May à Washington, nous avons appris qu’il était également climacophobe. Existe-t-il un rapport entre les deux termes ?
• La définition de l’adjectif
climato-sceptique est connue : il qualifie une personne qui n’est pas convaincue de la réalité du réchauffement climatique, ou qui ne croit pas que celui-ci soit dû aux activités humaines. Le climato-sceptique remet en cause la validité du consensus scientifique existant à ce sujet.
Climacophobie, par contre, est un terme moins courant, connu surtout de ceux qui souffrent de cette névrose obsessionnelle. Il s’agit de la peur maladive d’emprunter les escaliers, notamment de les descendre, surtout s’ils ne sont pas pourvus d’une rampe (Treppengeländer).  C'est ce qu'on appelle en allemand Bergabphobie (bergab : à la descente + phobie).
En outre, comme les climacophobes sont souvent également
mysophobes (c'est-à-dire qu'ils ont la phobie de la contamination...), même s'il y a une rampe à l'escalier, ils évitent soigneusement de la toucher, car c'est un véritable "nid à microbes" (Keimherd), ce qui rend la descente des escaliers encore plus angoissante.
Le terme "climacophobie" est composé des mots grecs
klima (inclinaison) + phóbos (peur, crainte) et il a bel et bien la même étymologie que le terme climat : klima désignait en particulier l’inclinaison des rayons du soleil par rapport à l’horizon, inclinaison qui, comme chacun le sait, est responsable de l'existence de différentes zones climatiques à la surface du globe.
A Washington, capitale située dans la zone subtropicale, la rencontre entre le Premier Ministre britannique et le Président des Etats-Unis semble s'être déroulée dans un climat chaleureux : les deux dirigeants ont même été fimés se tenant par la main. Une preuve de relations particulièrement cordiales ? Selon le Dailymail, Theresa May serait spontanément venue en aide à Donald Trump pour affronter la descente des escaliers en lui tendant une main secourable. (
article)
Si jamais M. Trump venait à Graz, inutile de l'emmener visiter le fameux escalier à double hélice de la Burg (ancien château),
die Doppelwendeltreppe.

     

 

 

MENSONGE

 

un arracheur de dents

 

George Orwell

Mark Twain (1835-1910) distinguait déjà plusieurs sortes de contre-vérités : « Les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques ».
A cette liste sont venues s’ajouter les
fausses informations : fake news (faux, prenant l’apparence d’un article de presse) et hoax (canular viral, le plus souvent diffusé par e-mail). Il est à noter que ce dernier mot est attesté en Angleterre dès le XVIIIe siècle et qu’il dérive probablement de hocus pocus, parodie de formule magique en latin de "cuisine". Hocus pocus serait une abréviation de Hoc est corpus meum (ceci est mon corps), formule liturgique prononcée par le prêtre au moment de l’Eucharistie, la transsubstantiation (Wandlung) étant considérée par certains comme un tour de passe-passe (Hokuspokus, Zaubertrick).
Un nouveau concept a été consacré
mot de l’année 2016 par le Dictionnaire d’Oxford : nous sommes entrés dans l’ère post-vérité / post-truth / postfaktisch. Une post-vérité "fait référence à des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles."
Depuis l’investiture de Donald Trump, cette liste d’ "
arrangements avec la réalité" s’est enrichie d’un nouveau mot : les faits alternatifs / alternative facts, invoqués par la conseillère du président, Kellyanne Conway, pour justifier les propos du porte-parole de Trump qui affirmait que la "cérémonie d’investiture a été la plus grande en termes d’audience", alors que ses allégations (Behauptung) sont manifestement fausses.
La déclaration de Mme Conway a, paraît-il, dopé (steigern) les ventes du célèbre ouvrage de
George Orwell "1984" (publié en 1949). En effet, le terme "faits alternatifs" n’est pas un néologisme créé par l’équipe Trump, il figure déjà dans ce roman d'anticipation.
A Océania - le pays fictif où est située l'action - le pouvoir exerce un contrôle très strict sur l’information, ce qui lui permet de manipuler l’opinion en lui imposant sa propre version de la "réalité" : les
faits alternatifs. "Le Parti disait de rejeter le témoignage des yeux et des oreilles. C’était le commandement final et le plus essentiel." (chapitre VIII) (article)
Bien avant 1984, à une époque où l’anesthésie n’existait pas, l’arracheur de dents - plus charlatan (Quacksalber) que dentiste – opérait sur les places publiques et assurait effrontément (unverfroren) à son patient que l’extraction de sa dent serait indolore (schmerzlos). C’est de ce grossier mensonge que vient l’expression "
mentir comme un arracheur de dents".
Son équivalent allemand "
lügen wie gedruckt" (litt. mentir comme ce qui est imprimé) date probablement de l’invention de l’imprimerie par Gutenberg (vers 1450). Ce procédé a révolutionné la transmission des informations : les hommes de ce temps-là éprouvaient cependant une certaine méfiance à l’égard de l’écrit, susceptible d’être un instrument de propagande - surtout à une époque où Réforme et Contre-Réforme divisaient la population et utilisaient ce nouveau média pour faire triompher leur cause.  La communication orale, en revanche, était considérée comme moins sujette au mensonge : le menteur se trahit par sa voix, ses gestes ou ses mimiques.
Dans notre "ère post-vérité", où l'oral tend à supplanter (verdrängen) l'écrit ou à l'infiltrer (unterwandern) -  voir le langage texto ou twitter - les frontières entre mensonge et vérité sont plus floues que jamais.


C 3 février 2017 : FrAu ModJo 

Une question à poser ou un commentaire à faire ?   Précision - Les mots traduits
figurent sous leur forme de base :
infinitif pour les verbes ;
singulier pour les substantifs ;
masculin singulier pour les adjectifs.

Liste alphabétique
"Mot du jour"