Mot du jour



   
   

COUP de RABOT

 

lapin de garenne

daman

Pour faire des économies, "Valls donne un coup de rabot généralisé sur les prestations sociales." (article)
Donner un coup de rabot
, au sens figuré, c’est supprimer ce qui est excessif. L’expression s’applique le plus souvent aux dépenses budgétaires. On trouve la même expression en allemand : den Hobel ansetzen.
Mais savez-vous quel est le
rapport entre un rabot, un lapin et l’Espagne ?
Le rabot est la forme masculine de
"rabotte", nom du lapin dans différents dialectes de France du Nord.
Mais pourquoi avoir donné ce nom à l’outil ? Probablement en raison de l’analogie de forme entre le lapin et la lame du rabot qui dépasse comme une oreille de cet animal ... Avec un peu d’imagination...

Le nom de la rabotte (l’animal), quant à lui, vient du néerlandais "robbe" qui, contrairement à ce que pourrait laisser penser l’allemand "Robbe", ne signifie pas phoque, mais lapin !
Et, vous l’avez peut-être deviné, ce radical a donné l’anglais "
rabbit" !
Le terme "lapin" a fini par remplacer à la fois "rabotte" et "conil / conin", issu du latin "cuniculus", étymon qui survit dans la "cuniculture" ou élevage des lapins.
Ah oui, au passage, rappelons que c’est de cuniculus que vient l’allemand « Kaninchen ».
Mais que vient faire l’Espagne dans cette coproduction linguistique européenne ?
Eh bien, il paraît que le fossile le plus ancien connu de "cuniculus" provient d’Andalousie. Et ce sont les Phéniciens qui, lorsqu’ils abordent les côtes de cette région (environ 1000 ans avant J.C.), découvrent des petits mammifères inconnus qui creusent des terriers (Kaninchenbau) et possèdent une certaine ressemblance avec les damans (Schliefer) – shapan en phénicien - qui pullulent alors au Moyen-Orient. C’est pourquoi ils appellent ce pays « I-Shapan-im », c’est-à-dire "pays des damans". Les Romains ont ensuite transformé ce nom en "Hispania".
Voici pour terminer un dicton que certains hommes politiques feraient bien de méditer : "Wo gehobelt wird, da fallen Späne" (= là où on rabote, il y a aussi des copeaux), c’est-à-dire : "On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs". Autrement dit, il faut savoir accepter ce qu’on appelle aujourd’hui les "dommages collatéraux".

Précision - Les mots traduits figurent sous leur forme de base :
infinitif pour les verbes ; singulier pour les substantifs ; masculin singulier pour les adjectifs.